Château de La Roche

Ancré sur un piton rocheux depuis le XIIIème siècle et ayant défié tous les tumultes et les colères de la Loire (notamment la crue historique de 1790 qui atteint le premier étage du logis, et cause de graves dommages à l’édifice), le château est aujourd’hui cerné par les eaux mais toujours debout.

Au cours du XIXème siècle, le château passe entre les mains de plusieurs familles avant d’être acheté en 1900 par un riche industriel roannais, Paul Roustan, qui le restaure dans le style gothique, tel qu’il se présente aujourd’hui.

Dans les années 30, plusieurs centaines d’hectares de terrains sont achetés par la ville de Paris et les occupants du château sont expropriés. EDF remet sur la table son projet de barrage afin de contenir la fureur du fleuve. L’entrerpise d’electricité va alors racheter le château (1965).

Le Château va dès lors être totalement abandonné. Il se dégrade et est victime de plusieurs pillages et crues.

Voué à la destruction avec l’édification du barrage, le château sera sauvé grâce la mobilisation des riverains. C’est le seul bâtiment qui sera épargné.

En 1993, la Commune de Saint-Priest-la-Roche rachète le château délabré pour un franc symbolique, une association est créée (Les Amis du Château de la Roche). C’est ce collectif de bénévoles qui va le rénover et permettre son ouverture à la visite 3 ans plus tard, en 1996.

En 2007, la Communauté de Communes du Pays entre Loire et Rhône devient gestionnaire du château et réalise plusieurs aménagements pour le public.

Voué à être englouti par les eaux de la Loire, le château de la Roche, situé à Saint-Priest-la-Roche, à 20kms de Roanne (région Auvergne-Rhône-Alpes) et improbablement posé sur une petite île en surplomb du fleuve, est aujourd’hui un monument emblématique des Gorges de la Loire.

Visites théâtralisées, escape game, visites guidées, … le château sauvé des eaux vit toujours, trônant fièrement sur ce fleuve qui a tant de fois voulu le voir disparaître.

X